Parc National de Kasanka

le guide complet

D’une taille de 390 km², le parc national de Kasanka est le seul parc de Zambie a avoir une gestion privée. L’objectif était alors de protéger les espèces menacées du braconnage qui faisait rage dans la région. Aujourd’hui, le parc accueille de nombreux animaux plus ou moins rares. Mais surtout, cette réserve naturelle est particulièrement connue pour ses chauves-souris. 

Pourquoi se rendre au parc National de Kasanka ?

L’observation des oiseaux 

Le parc national de Kasanka est particulièrement réputé pour abriter de nombreux oiseaux, et notamment des oiseaux de Zambie. 

Pour les admirer, plusieurs points d’observation sont prévus, …. dans les arbres ! Ces derniers font parfois 18 mètres de hauteur pour que vous puissiez bénéficier d’un panorama absolument exceptionnel sur la réserve. En plus de voir les oiseaux, ces points de vue vous permettent aussi de vous cacher des autres mammifères, et donc, de mieux les observer. 

Les migrations de chauves-souris

Si vous allez au parc de Kasanka entre les mois d’octobre et décembre, vous aurez sans doute la chance d’observer les chauves-souris. À cette période de l’année, elles sont plus de 10 millions à se réunir dans le parc. 

Ces chauves-souris frugivores de couleur paille remplissent le ciel pour se rendre dans la forêt du parc ou à proximité de la rivière Kasanka. 

chauve souris couleur de paille Kansanka
Une chauve-souris couleur de paille du Parc National de Kansanki

Pour les voir, c’est le soir, à l’heure de chasse. Alors après votre journée safari, rendez-vous à proximité de la rivière pour un spectacle étonnant. 

Les animaux sauvages 

Le parc national de Kasanka n’est pas réputé pour la densité de ces animaux sauvages. Pour autant, vous pourrez y apercevoir plusieurs espèces intéressantes. C’est notamment le cas de la sitatunga. Il s’agit d’une antilope semi-aquatique que vous pourrez observer depuis Fibwe Hide, une zone de grand marais. 

D’autres espèces sont aussi présentes comme le bubale de Lichtenstein, la zibeline,  le puku ou le Cercopithèque à diadème, également appelé Singe Bleu. Ces derniers se font très peu nombreux en dehors des portes du parc.

antilope semi aquatique du parc de kasanka
Une antilope du Parc National de Kansanki

Outre les animaux menacés, d’autres espèces plus connues occupent Kasanka, comme les hippopotames ou les éléphants. 

Une randonnée ou une promenade à vélo

Comme au Parc National de Katavi, du fait qu’il y ait très peu de prédateurs, la meilleure manière de visiter le parc se fait à pied. Ainsi, de nombreux chemins de randonnée sont prévus. Vous pourrez alors partir pour quelques heures, une journée, ou même plusieurs jours en dormant à la belle étoile ou dans un camp. N’hésitez pas à vous faire accompagner d’un guide pour traquer les animaux et en apprendre plus sur leur mode de vie. 

Outre les sentiers pédestres, il existe aussi plusieurs pistes cyclables. Le parc national de Kasanka est d’ailleurs l’un des rares parcs à proposer ce mode de locomotion pour se déplacer. 

Les excursions sur la rivière Luwombwa

Pour admirer les animaux sauvages et les oiseaux, il est possible d’organiser des excursions sur la rivière Luwombwa. Pour cela, vous avez le choix entre le canoë ou le bateau. Si vous choisissez le canoë, prenez garde ; les crocodiles sont aussi nombreux dans la rivière. 

Mais si vous vous rendez au parc entre octobre et décembre, ces prédateurs se cacheront sans doute dans la forêt pour manger les chauves-souris mortes. 

En plus d’observer la faune, les amateurs de pêche pourront également sortir leur canne à pêche et goûter des poissons exotiques. 

croccodile kasanka

L’objectif caritatif

En 1985, David Lloyd s’associe avec plusieurs fermiers locaux pour rendre la réserve naturelle accessible aux touristes. Ce faisant, les autorités ont consenti à protéger le lieu et toute la faune qui y vit. Ainsi, le parc de Kasanka a permis de sauver de nombreuses espèces qui étaient alors menacées d’un braconnage intensif. 

Aujourd’hui, c’est la seule réserve à gestion privée du pays. C’est une organisation caritative, le Kasanka Trust, qui s’occupe du parc. Tous les bénéfices récoltés sont utilisés pour la conservation des espèces et pour les communautés environnantes.

Comment se rendre au parc national de Kasanka ?

Il existe deux possibilités de se rendre au parc national de Kasanka : 

  • L’avion : c’est la méthode la plus rapide, car le parc dispose d’un aérodrome. 
  • La voiture : vous devrez alors prendre la grande route du Nord. Cependant, même si la route est en bon état, le chemin est très long. 

Tarif et règlement 

Le prix du parc est de 15 US$ par jour et par adulte et 15 US$ par voiture.

À cela s’ajoutent les frais d’hébergement et les éventuelles activités supplémentaires. 

Où dormir au parc national de Kasanka ?

Peu connu des touristes, le parc de Kasanka offre alors un nombre d’hébergements limité. 

L’une des meilleures options est le Wasa Lodge. Ici, des chalets vous attendent pour votre nuit. Et surtout, vous bénéficiez de vues imprenables sur l’un des lacs. 

Hormis ce lodge, vous avez aussi la possibilité de dormir dans les campings. Dans ce cas, il faudra amener votre équipement. Cependant, vous aurez accès à des toilettes et des douches. 

Et pour un peu plus de confort, rendez-vous au Shoebill Camp qui propose des tentes et des cottages à des tarifs abordables. 

Le parc National de Kasanka : autres informations utiles 

Pour admirer les animaux sauvages, il est vivement conseillé de se rendre au parc national de Kasanka pendant la période de juin et octobre. À cette époque, les animaux se réunissent alors autour des points d’eau, ce qui facilite leur observation. 

Cela dit, l’une des attractions phares du parc reste la migration des chauves-souris qui se déroule entre octobre et décembre. 

Attention : même si les températures sont agréables pendant la saison sèche, il est conseillé de ramener des vêtements chauds. En effet, les nuits peuvent être fraîches.